Vous voulez agir contre le réchauffement climatique ?

C’est possible dans le Savès où de nombreux acteurs sont déjà engagés dans la transition écologique!

Venez les rencontrer à la fêtes de associations, le 12 septembre au Lac de Samatan (entre 10h et 17h).

Nous aurons plaisir à échanger avec vous et à vous proposer des actions concrètes dans les domaines de l’énergie, des déchets, de l’alimentation, de l’éducation, ou encore des arbres.

Vous pouvez être acteur et ensemble nous pouvons faire bouger les choses.

Version corrigée 26 juin 2020.
Rapport de la Convention citoyenne pour le climat à l’issue de son adoption formelle dimanche 21 juin 2020.

CONSULTER :

https://propositions.conventioncitoyennepourleclimat.fr/pdf/ccc-rapport-final.pdf?fbclid=IwAR1yNo-TCOzTMkMAGPaR0aMq8g7US_RO-dt7wxCA2R3bwnJTUj6ut5zILMk

INTRODUCTION

8 Les propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat
Qui nous sommes ?
Citoyennes et citoyens libres, indépendants de tout parti ou influence, représentatifs de la
société : nous sommes 150 femmes et hommes âgés de 16 à 80 ans, de toutes origines et
professions.
Nous avons été sélectionnés par tirage au sort selon une génération aléatoire de numéros
de téléphone, sans nous être portés volontaires préalablement, pour être membres de
la Convention Citoyenne pour le Climat afin que nous formions une image de la société
française capable de vous représenter. Nous ne sommes pas des experts, nous sommes
des citoyennes et citoyens comme les autres, représentatifs de la diversité de la société.
Nous avons le pouvoir de décider et de faire changer les choses, pouvoir que nous avons
exercé avec une attention particulière pour les plus fragiles et ce dans un esprit de justice
sociale.
Notre expérience de la Convention Citoyenne
La Convention Citoyenne pour le Climat est la première expérience démocratique d’ampleur
faisant appel au tirage au sort – et donc reconnaissant la capacité de citoyennes et citoyens
ni spécialistes, ni militants de s’exprimer sur un sujet d’avenir majeur.
Nous avons vécu ensemble, pendant 9 mois, une expérience humaine inédite et intense, qui
nous a amenés à prendre conscience de l’impérieuse nécessité d’un changement profond
de l’organisation de notre société et de nos façons de vivre.
Pour répondre à la question qui nous été posée, « Comment réduire d’au moins 40 % par
rapport à 1990 les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, dans le respect de la justice
sociale ? », nous avons échangé librement dans la pluralité de nos opinions. Nous nous
sommes nourris d’échanges avec des experts et des représentants économiques, associatifs
et publics, afin d’être en capacité de rédiger des mesures concrètes, en connaissance de
cause et en toute indépendance.
Nous avons appris à être plus attentifs et plus tolérants aux avis de chacun dans le respect
de notre diversité. Se mettre d’accord a parfois été compliqué du fait de nos différences
d’opinions, de modes de vie, de culture, d’origine sociale. Cette convention a donc été
une leçon de vie démocratique et participative. Nous avons travaillé intensément, avec
conviction, envie et un sentiment d’urgence face au climat pour parvenir à des propositions
communes.
En dehors des sessions de travail qui nous ont réunis, beaucoup d’entre nous se sont fortement
investis dans leur territoire pour partager notre mission, notre prise de conscience et nos
ambitions. Nous avons souhaité le faire car c’est à nous de faire vivre et protéger l’endroit où
nous vivons. Nous avons ainsi écouté nos amis, voisins, concitoyens, d’associations, des élus
et des institutions locales et nationales. Ces rencontres nous ont permis de recueillir toute
l’expérience et tous les ressentis de nos interlocuteurs, et ainsi confronter nos réflexions
collectives à la réalité quotidienne mais aussi aux enjeux économiques, géographiques,
politiques et sociaux de chaque territoire.
La mixité qui nous caractérise ainsi que les échanges lors des sessions, et toutes les
rencontres en dehors des sessions nous ont permis d’être plus justes et pertinents dans
notre travail.
Nos départements d’outre-mer n’ont pas été oubliés. Plusieurs citoyennes et citoyens
ultramarins, présents au sein de la Convention, ont eu à cœur de faire entendre leurs vécus
et leurs attentes. Cette préoccupation de ne pas raisonner uniquement en « métropolitains»
est partagée par les 150 membres qui entendent le sentiment très fort d’éloignement des
Les propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat 9
décisions politiques prises à Paris et de faible reconnaissance de l’importance des territoires
ultramarins dans les choix publics. C’est pourquoi, les mesures proposées ont été revues
pour éviter tout effet pervers pour les territoires ultramarins. Nous considérons que les
territoires ultramarins peuvent être des laboratoires incroyables, en termes d’autonomie
énergétique, de nouvelles pratiques agricoles ou dans le bâtiment.
Ce que nous souhaitons dire à la société française
Ce que nous avons vécu est une véritable prise de conscience de l’urgence climatique : la
Terre peut vivre sans nous, mais nous ne pouvons pas vivre sans elle. À titre d’exemple, les
températures caniculaires supérieures à 50°C à l’ombre, qui vont devenir plus fréquentes,
seront mortelles dans certaines régions du monde où l’air saturé en humidité interdit toute
évaporation de la sueur. Ouvrons donc les yeux et bougeons-nous !
Nous ne sommes pas uniquement devant le choix d’une politique économique pour faire
face à une crise économique, sociale et environnementale, nous devons agir sans plus
attendre pour stopper le réchauffement et le dérèglement climatique qui menacent la
survie de l’humanité. Si nous ne rattrapons pas le retard pris, beaucoup de régions du globe
deviendront inhabitables, du fait de la montée des eaux ou de climats trop arides. C’est une
question de vie ou de mort !
Nous ne sommes pas en compétition avec les élus ou les autres acteurs de la société
française : nous devons tous changer nos comportements en profondeur pour laisser à nos
enfants et petits-enfants une planète viable. Il faut agir plus vite et plus fort que ce qui a été
fait jusque-là, même si des initiatives superbes ont déjà été mises en œuvre, notamment par
les collectivités territoriales et les associations. Les efforts ne pourront pas venir uniquement
des autres. Citoyens, pouvoirs publics, acteurs économiques, ONG, il est nécessaire que
nous soyons tous solidaires face à l’urgence climatique, en faisant de la justice sociale un
des moteurs de la réflexion.
Nous attendons du gouvernement et des pouvoirs publics une prise en compte immédiate
de nos propositions permettant une accélération de la transition écologique, notamment
dans la stratégie de sortie de crise, en faisant du climat la priorité des politiques publiques,
en évaluant les résultats et en sanctionnant les écarts. Le 21ème siècle peut être le nouveau
siècle des Lumières par une posture politique ambitieuse, vertueuse et démocratique ! Cela
va exiger de considérer l’enjeu écologique comme un enjeu économique (au sens classique
et restrictif du PIB), et veiller à ne laisser aucun citoyen de côté, notamment les plus pauvres.
Nous invitons les acteurs économiques à mener une action plus volontariste en faveur de
la transition écologique, en faisant de cette problématique une opportunité pour repenser
en profondeur nos modes de production et de consommation, et favoriser une meilleure
distribution des richesses. L’urgence climatique nous impose des décisions difficiles mais
indispensables : soyons inventifs.
Nous demandons aux entreprises françaises qui ont des filiales à l’étranger d’être des
acteurs de la transition environnementale notamment dans les territoires où les effets du
dérèglement climatique sont dramatiques.
Transition
Il apparaît inévitable de revoir nos modes de vie, nos manières de consommer, de produire
et travailler, de nous déplacer, de nous loger et de nous nourrir afin de réduire de 40 % les
émissions de GES d’ici 2030. En 2019, l’empreinte carbone moyenne d’un Français est de
11,2 tonnes d’équivalent CO2
alors qu’elle devrait être de 2 tonnes par an pour atteindre les
objectifs de l’Accord de Paris.

Savès-Climat est une association créée en 2019 par des citoyens du Savès pour sensibiliser le public du territoire à l’urgence de lutter contre le réchauffement climatique.

Dans ce cadre-là, Savès-Climat a souhaité se rendre sur le terrain pour prendre conscience de l’enjeu du traitement des déchets. Elle a organisé, en partenariat avec Trigone, la visite du centre de tri (poubelle jaune) et du centre d’enfouissement de Pavie (ISDND = installation de stockage des déchets non dangereux) qui reçoit les ordures ménagères ainsi que le « tout venant » des déchetteries.

Vendredi 24 janvier, un groupe de vingt citoyens du Savès a pu suivre d’abord le traitement des déchets des poubelles jaunes. L’animatrice de Trigone, Mme Le Pape, a expliqué et commenté le processus : arrivée des déchets par camions, circuit sur tapis roulant avec trois cabines de tri manuel. Les visiteurs ont été impressionnés par le travail exécuté par les employés : horaires, vitesse de travail, quantité énorme de déchets, erreurs de tri fréquentes de la part des Gersois, risques pour le personnel liés à ces erreurs,… Par exemple, du verre, des carcasses d’animaux, des seringues ou de l’électroménager se retrouvent de façon incompréhensible sur le tapis de tri au milieu de cartons, papiers, bouteilles en plastique, canettes et autres.

La visite s’est ensuite poursuivie au centre d’enfouissement de Pavie : et là, deuxième choc ! Une montagne de détritus non triés, quotidiennement alimentée par des camions : poubelles noires, objets en plastique, mais là aussi beaucoup d’incohérences : du verre, des meubles et toute sorte de déchets pourtant recyclables.

Le site et ses 6 hectares prévus pour l’enfouissement des déchets sera fermé en 2032, et ces déchets y seront stockés pour l’éternité. Le seul côté positif de ce site c’est la valorisation du biogaz pour alimenter 1500 foyers de Pavie en gaz de ville.

 

Une des conclusions que l’on peut tirer de cette découverte est que ces visites sont essentielles à la prise de conscience de chacun !

Le but à atteindre : réduire au maximum nos déchets !

Comment : en changeant nos modes de consommation pour éliminer au maximum les emballages, en organisant des visites régulières ouvertes à tous de ces sites, en conseillant les habitants pour éviter les erreurs.

Notre Sictom, le Sictom Sud-Est, a tout son rôle à jouer dans ce domaine en recrutant un animateur (ou une animatrice) pour mener des actions régulières sur le territoire du Savès : comme sensibiliser les citoyens, encadrer les visites de Trigone, ou intervenir dans les écoles.

Merci à Trigone pour son accueil et à Mme Le Pape pour sa compétence.

 

Une première fête populaire pour le climat est organisée par Savès-Climat le samedi 22 février à Lombez et à la Halle au Gras de Samatan.

Le programme est accessible sur le site de l’association :

https://www.saves-climat.fr

Tout le monde est invité à y venir et à y participer.

 

Vous pouvez retrouver notre présentation sur Soundcloud

 

Bonjour à toutes et à tous

 

Merci beaucoup d’être présents à cette première soirée organisée par Savès Climat. Merci à la mairie de Samatan, à l’association Samatan Ciné, à la Médiathèque et au Grain à moudre de l’avoir rendue possible. Nous espérons que ce partenariat est le premier d’une longue série.

Merci beaucoup également à Aurélien Ribes d’avoir accepté de venir faire cette conférence. Avant de l’écouter nous raconter ce que sera, ou pourrait être, le climat sur le Saves et sur la planète dans les décennies à venir, nous allons vous présenter en quelques mots ce qu’est Saves Climat, l’association dont nous rendons l’existence publique à  l’occasion de cette soirée.

 

Saves Climat est un collectif créé il y a quelques mois par des habitants du territoire du Savès. Il a pour objet d’informer et d’agir dans le domaine du climat et plus généralement des différentes crises écologiques. Notre raison d’être est le constat partagé d’une situation d’urgence. Il n’y a pas en effet aujourd’hui une semaine sans que des scientifiques ne nous alertent sur l’état dramatique des milieux naturels au sein desquels nous vivons. Le 6 mai dernier par exemple, les spécialistes mondiaux de la biodiversité rendaient un rapport mettant en évidence qu’une espèce vivante sur quatre était aujourd’hui menacée de disparition. Nous savons déjà, depuis l’an dernier, qu’un tiers des oiseaux ont disparu de nos campagnes. Aussi incroyable que cela puisse paraître, le 15 avril était publiée une étude mettant en évidence qu’il neige du plastique dans les Pyrénées. Le 18 février, prenons un dernier exemple, nous apprenions que sous l’effet du réchauffement climatique un glacier grand comme la Floride était en train de se détacher de l’Antartique.

A travers toutes ces alertes, la question que posent aujourd’hui les scientifiques est celle de la possibilité même de continuer à vivre dans des conditions civilisées, à moyenne échéance, dans le Savès et ailleurs sur la planète. Ce qu’ils disent également est que rien, ou trop peu, est mis en œuvre par les pouvoirs publics pour répondre à cette situation d’urgence. S’il ne fallait prendre qu’un exemple rappelons que malgré tous les discours et engagements, notamment ceux pris lors de la COP 21 à Paris en 2015, les émissions de gaz à effet de serre sont reparties à la hausse en France depuis 2016.

Face à cette inaction, nous avons décidé d’arrêter d’attendre. Les pouvoirs publics n’agissent pas? Nous ferons sans eux s’il le faut. Tout, par ailleurs, ne pourrait pas venir d’en haut. L’ampleur des transformations à réaliser dans nos modes de vie nécessite un engagement de toutes et tous; avec la création de Savès Climat nous appelons en quelque sorte à la mobilisation générale sur notre territoire.

 

                       Plus concrètement, que souhaitons nous faire?

 

Pour lever tout doute, précisons pour commencer que notre objectif n’est pas de nous présenter aux prochaines élections, ni aux suivantes. Nos moyens d’actions sont ailleurs.

Nous souhaitons d’abord, comme ce soir, faire un travail d’information. Nous allons créer des moments et des espaces de formation, d’échanges, des lieux de discussions sur les enjeux écologiques et sur les solutions à y apporter.

Mais nous voulons également rendre visible et soutenir ce qui existe déjà de vertueux sur le Savès, les actions et activités positives déjà en œuvre dans les domaines de l’agriculture, de l’alimentation, de l’énergie, de la mobilité, des déchets, ou autres, qu’elles émanent de professionnels, d’associations, de mairies, ou de particuliers. Une économie plus soutenable est pour partie une économie relocalisée et nous voulons contribuer à valoriser et dynamiser les savoirs faire locaux, les activités des artisans, des agriculteurs et des commerçants du territoire.

Enfin, lorsque les activités qui nous semblent nécessaires n’existent pas sur le Savès, nous contribuerons à leur création.

 

Comment pensons-nous faire?

 

Nous avons la conviction que nous pouvons, en premier lieu, compter sur nos propres forces, sur les compétences, les savoir-faire, les richesses de ce territoire. L’association est ainsi construite afin que puissent y adhérer aussi bien des individus que des organisations, car nous voulons que Savès Climat soit un collectif qui permette la mise en commun de toutes ces forces, qu’elles émanent de citoyens ou d’organisations publiques ou privées. Ce collectif doit être un outil de partage d’expériences, de mise en commun de compétences, de création de projets.

Pour qu’émergent ces projets, nous créerons des espaces de dialogues ouverts à tous, visant dans un premier temps à recenser toutes les initiatives et activités du Savès oeuvrant déjà à construire le futur que nous désirons, mais également à collecter auprès des plus anciens ce qui a existé autrefois et qui serait riche d’enseignement pour demain.

Nous aurons besoin de tous, des plus jeunes aux plus vieux et nous avons également la conviction que toutes les transformations que nous souhaitons ne peuvent être faites que dans la justice sociale. Comme nous l’a utilement rappelé le mouvement des gilets jaunes à propos de la taxe carbone, on ne peut pas en effet gravir collectivement une montagne en chargeant le fardeau des plus fragiles.

Enfin, parce que la gravité de la situation ne doit pas nous empêcher de vivre et d’être heureux, nous souhaitons que nos actions se réalisent dans un cadre joyeux et festif. C’est la raison pour laquelle nous partagerons un verre en musique après la conférence et que nous avons programmé la projection d’une comédie pour clôturer la soirée.

 

Pour terminer, rappelons que les générations avant nous ont eu leur part de défis à relever. Elles ont façonné de siècles en siècles ce territoire. Elles ont défriché, cultivé, tracé des routes, construit une cathédrale, des halles, elles ont fait face aux inondations, à la peste noire, à la guerre de cent ans, aux guerres de religion, aux nazis … Notre responsabilité à nous est de faire notre part dans l’effort mondial contre le changement climatique et de faire en sorte que ce territoire reste vivable pour les générations à venir. La tâche est immense mais enthousiasmante, riche en histoires à écrire ensemble. Alors rejoignez-nous, notre première réunion publique aura lieu le 11juin à 20h à la salle de la Ramondère à Lombez.

 

 

 

 

 

Le 24 Mai 2019 aura lieu le lancement officiel du collectif Savès Climat.

A cette occasion nous organisons une conférence ….