En France:

Le Haut Conseil pour le Climat (HCC) est un organisme indépendant créé par le décret du 14 mai 2019 chargé d’émettre des avis et recommandations sur la mise en œuvre des politiques et mesures publiques pour réduire les émissions de gaz à effet de serre de la France, en cohérence avec ses engagements internationaux, en particulier l’accord de Paris et l’atteinte de la neutralité carbone en 2050. Il a vocation à apporter un éclairage indépendant et neutre sur la politique du gouvernement et ses impacts socio-économiques et environnementaux. Il est présidé par la climatologue franco-canadienne Corinne Le Quéré et composé de dix membres choisis pour leur expertise dans les domaines de la science du climat, de l’économie, de l’agronomie et de la transition énergétique

Son dernier rapport annuel (2020) sur « l’évolution des émissions de gaz à effet de serre en France et sur les politiques climatiques mises en place (…) constate des progrès dans la gouvernance, un accroissement des annonces mais pas d’avancée structurelle quant au rythme de baisse des émissions. »

Mis en place en 2008, le commissariat général au développement durable (CGDD) éclaire et alimente, par la production de données et de connaissances, l’action du ministère sur l’ensemble de ses champs de compétences.

Il élabore et diffuse de nombreuses publications, dans deux grandes familles de collection : Datalab, pour faire état des connaissances à un instant donné (données et chiffres-clés) et Théma, pour rendre compte de travaux d’études et d’expertise.

A noter par exemple ces documents sur:

L’empreinte carbone des français (2020). L’empreinte carbone des Français représente 11 tonnes équivalent CO2 (t CO2 éq) par habitant en 2018. Celle-ci comptabilise les gaz à effet de serre (GES) induits par la consommation des Français (y compris la consommation des administrations, des organismes à but non lucratif et les investissements), en tenant compte des émissions associées à la production des biens et services importés. Si le niveau d’émission de GES de l’empreinte carbone par personne reste relativement stable depuis 1995, il demeure incompatible avec les objectifs de l’Accord de Paris (COP 21) et un réchauffement limité à + 2 °C en 2100.

L’empreinte matières (2018). À l’instar d’autres empreintes (comme l’empreinte carbone), « l’empreinte matières » est un indicateur qui permet de rendre compte de l’ensemble des matières premières mobilisées pour satisfaire la consommation finale d’un pays. Les résultats reflètent mieux l’impact réel de l’utilisation des ressources, tant celles extraites du territoire national que celles mobilisées indirectement hors de nos frontières pour produire et transporter les produits importés. La prise en compte des flux indirects de matières conduit à augmenter considérablement le chiffrage des flux apparents. Cela concerne notamment les importations de combustibles fossiles et de minerais métalliques, qui contribuent à alourdir l’empreinte matières de la France. Cette dernière, s’élevant à 13,2 tonnes par habitant en 2014, reste toutefois inférieure à la moyenne européenne et a décru légèrement depuis 2008.

Bilan énergétique de la France en 2019 (2020). En 2019, la production d’énergie primaire de la France décroît de 2,7 % par rapport à 2018, en raison du recul de la production d’électricité d’origine nucléaire. Malgré un léger accroissement du déficit des échanges extérieurs physiques d’énergie, la facture énergétique de la France, s’établissant à 44 milliards d’euros, est en baisse, bénéficiant de la chute du prix du gaz. La consommation finale à usage énergétique diminue de 0,7 % à climat constant. Cette baisse est imputable principalement aux secteurs de l’industrie et du tertiaire. Les émissions de CO2 liées à l’énergie décroissent de 1,1 % à climat constant, grâce à la chute de la consommation de charbon.

Dans le monde:

 

 

Climate Transparency is a global partnership with a shared mission to stimulate a “race to the top” in climate action in G20 countries through enhanced transparency.

Enerdata est une société d’information et de conseil dans le secteur de l’énergie.

The Shift Project est un think tank qui œuvre en faveur d’une économie libérée de la contrainte carbone. Association loi 1901 reconnue d’intérêt général et guidée par l’exigence de la rigueur scientifique, notre mission est d’éclairer et influencer le débat sur la transition énergétique en Europe.

The Shift Data Portal (en anglais) met à disposition des données sur l’énergie et les GES.